Réponse à la Femme Noire amoureuse

Il y avait la beauté de ton sourire lorsque tu tournais les yeux vers moi. Tes yeux brillaient, étincelaient de bonheur, et de fascination aussi. Ils étaient comme des miroirs et je pouvais y voir mon propre reflet.

Mais pourquoi ? Je ne suis qu’un simple être vivant. Ton regard souhaitait dire tant de choses à la fois… qu’il se perdait rapidement dans le vide.

Soudain, tu relèves juste un peu la tête, comme si tu te réveilles de ton rêve secret et tu me regardes à nouveau. Et ton sourire réapparaît. C’est toujours un moment magique pour moi. A chaque fois. Ton regard est si fort, s’appuie et s’enfonce tellement dans mes yeux, que moi aussi, j’ai peine à les tourner ailleurs.

Ton regard est si fort.

D’une force qui demeure encore aujourd’hui mystérieuse pour moi, mais surtout qui m’intrigue et m’interroge secrètement. Je n’ai jamais su y répondre d’ailleurs. Peut-être que ta question elle-même n’est pas précise ?

Ce regard me fascine moi aussi. On peut s’y perdre au jeu des interprétations. Mais un jour, me permettras-tu de simplement l’interpréter pour enfin m’y laisser totalement reposer ? J’aurais souhaité le pénétrer de telle façon qu’il devienne et reste mon Mystère Précis à moi, jusqu’à la fin des temps. J’aurais souhaité le caresser de mes yeux verts, ton regard aux yeux marrons ébènes.

arbre-fromager

Crédit photo : google images

 

Toi Ebony, tu es comme un arbre.

Comme cet arbre que je n’ai jamais vu mais qui me semble si impressionnant : l’arbre du Fromager.

Y avais-tu déjà pensé ?

Non ?

Tu préfères te rappeler des étoiles dans la nuit sombre sur la colline ?

Très bien.

Pourtant j’insiste.

Tu ressembles – tu me fais penser – à l’arbre du Fromager. Grand dans son âme, fort, imposant, présence qu’on ne peut occulter au tout premier regard. Et puis aussi cette verdoyance abondante, fournie mais légère, qui lui sert d’habit.

Toi, Ebony, tu es comme ça.

Habillée de cette opulence verdoyante, luisante et extrêmement plaisante et reposante à regarder. Elle reflète ton âme. Celle que j’aimerais tant toucher, mais qui me fait si peur au plus secret de moi. De mon âme à moi.

Et qui se reflète dans ton âme à toi.

Mais chhttt, c’est mon Secret à moi, et pour l’instant, je ne souhaite pas déjà le plonger et le faire reposer dans le tien.

Dans ton Secret à toi.

Alors s’il te plaît, reste encore un peu et… aide-moi à grandir,

… apprends-moi à t’aimer ?

EbonyVybz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s